1er site de ventes privées d’œuvres et d’objets d’art expertisés
Art moderne, art contemporain, art asiatique, art orientaliste, archéologie…
Filtrer par catégorie

Notre sélection d'oeuvres de Jean-Michel Atlan (1913-1960)

Oeuvres de Jean-Michel Atlan (1913-1960), artiste français né au sein d'une famille juive berbère en Algérie. Il quitte en 1930 son pays natal pour la France, où il étudie à la Sorbonne. Nommé professeur de philosophie en 1939 dans un lycée de Laval, il enseigne ensuite au lycée Condorcet à Paris de 1940 à 1941. Destitué en raison de ses origines juives, il découvre la peinture dans le quartier de Montparnasse, et connait une grande pauvreté. En 1942, il est arrêté à la fois pour son engagement dans la résistance, et pour ses origines. Il échappe aux camps de la mort en simulant la folie, ce qui le conduira à être interné à l'hôpital Sainte-Anne, jusqu'à la Libération. Ce qu'Atlan a vécu sous l'occupation a laissé une empreinte certaine sur son œuvre… Ami de Gertrude Stein, qui fut l'une des premières à collectionner ses œuvres, il fait son chemin dans la peinture grâce à la poésie. Il expose des œuvres expressionnistes en 1944 au Salon des Surindépendants, et publie la même année un recueil de poèmes illustrés. Toujours sans le sou, il survit grâce à des activités de colporteurs et de diseur de bonne aventure… Au milieu des années 1940, il rencontre Asger Jorn. Il rejoint par son intermédiaire le mouvement CoBrA, et s'oriente vers l'abstraction lyrique. En 1946, il expose aux côtés de Braque et Matisse à la galerie Denise René. Au milieu des années 1950, Atlan s'impose au devant de la scène artistique, après une exposition à la galerie Charpentier à Paris. Durant cette décennie, il reçoit beaucoup d'attention en France, en Allemagne mais aussi au Royaume-Uni, au Japon ainsi qu'aux États-Unis. Il est alors considéré comme l'un des plus importants représentants de la « Nouvelle Ecole de Paris », et de l'abstraction lyrique française. Lors d'une exposition à Londres en 1959, il est victime d'une grave hémorragie, et meurt prématurément d'un cancer en février 1960, avant d'avoir pu présenter ses toiles à New York. Le Musée National d'Art Moderne lui a rendu hommage en 1963, en lui consacrant une rétrospective.